Putsch au Gabon : la succession des coups d’États en Afrique ces dernières années inquiète la Maison Blanche

0 231

Mon slider1

Le président Ali Bongo réélu pour briguer un troisième mandat a été renversé par un coup de force orchestré par des hauts gradés de l’armée. Après le putsch,la Maison Blanche déclare qu’elle «suit de très près» la situation au Gabon, où des militaires putschistes ont placé en résidence surveillée le président Ali Bongo Ondimba ce mercredi. Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby a exprimé sa profonde inquiétude quant à la succession de coups d’Etat en Afrique ces dernières années. «Nous allons rester concentrés sur le travail à faire avec nos partenaires en Afrique et toute la population du continent pour aider à soutenir la démocratie» a-t-il déclaré.

Faut t-il le rappeler Ali Bongo, 64 ans, a été élu en 2009 après la mort de son père Omar Bongo Ondimba, qui avait dirigé le Gabon pendant plus de 41 ans. L’opposition a régulièrement dénoncé la perpétuation d’une “dynastie Bongo” de plus de 55 ans à ce jour.Ali Bongo briguait un troisième mandat, réduit de 7 à 5 ans, aux élections de samedi qui regroupaient trois scrutins, présidentiel, législatifs et municipaux.Quelques instants avant l’irruption des militaires sur les écrans, les résultats officiels des élections avaient été égrenés en pleine nuit, à 03H30 (02H30 GMT), sur la télévision d’Etat sans aucune annonce préalable.

Gabin TOVONON

Leave A Reply

Your email address will not be published.