Conséquences dramatiques des conflits armés en Afrique : « Des chiffres qui font froid dans le dos »

0 165

Extrait de la Tribune du journaliste Babylas ATINKPAHOUN sur la crise au Niger

Mon slider1

A travers une tribune libre, le journaliste et communicateur Babylas Amour ATINKPAHOUN rappelle les conséquences si dramatiques de plusieurs conflits armés qui ont lieu sur le continent africain surtout dans les années 1990. De la Sierra-Leone au Rwanda, en passant par le Libéria et l’Angola, les populations ont subi les pires atrocités avec viol, massacre, actes de cannibalisme et recrutement forcé d’enfants soldats. Ces chiffres qui font froid dans le dos selon Babylas Amour ATINKPAHOUN, devraient interpeller toutes les parties prenantes de la crise au Niger afin que la population nigérienne ne soit pas une fois de plus la proie dans ce conflit comme les pays suscités l’ont vécu.

(Lire un extrait de son opinion)

…« Des chiffres qui font froid dans le dos »

« Le conflit sierra-leonais des années 1990 a causé la mort d’environ 75 000 personnes. Un demi-million de personnes réfugiées et plus de 2 millions de déplacées, selon la revue “Perspective Monde” publié le 2 novembre 2008. Un chiffre qui représente environ 44 % de la population. Les populations ont subi dans cette guerre, les pires atrocités de groupes rebelles qui n’avaient d’yeux que pour le diamant. Les rebelles leur amputaient délibérément les mains pour les empêcher de vaquer à leurs occupations afin de rester à leur solde. Le film Blood Diamond de l’américain Edward Zwick avec comme principaux acteurs le Béninois Djimon Oussou et l’Américain Leonardo DiCaprio est une parfaite illustration de la réalité du conflit sierra-leonais avec des milliers d’enfants soldats et des femmes et filles transformées en esclaves sexuelles qui sont violées et massacrées. Ceux qui ont pu avoir la vie sauve vivent le restant de leur vie avec les séquelles, si entretemps ils ne se sont pas suicidés pour s’être vus rejetés par la société et la famille.
Il en est de même au Liberia et en Angola toujours dans les années 1990. La guerre civile au Liberia a duré près de 14 ans avec 250 000 morts entre 1989 et 2003. Un conflit atroce avec massacres, viols, actes de cannibalisme et recrutement forcé d’enfants soldats. Je vous épargne du génocide rwandais qui a fait plus d’un million de morts en 1994. Combien en pâtiront cette fois-ci au Niger si l’intervention militaire est effective? Combien de réfugiés? Combien de victimes de guerre ? Combien…? Combien…? Nous trouvons toujours les mots pour justifier ces coups de force ou ces interventions militaires sans pour autant prendre véritablement en compte les conséquences si dramatiques sur les populations. Pourvu que les intérêts de quelques-uns soient sauvegardés. Le reste n’est que des détails. Non, ces atrocités sur les populations ne peuvent être considérées comme moins importantes »…

Babylas ATINKPAHOUN

Leave A Reply

Your email address will not be published.