Niger : le parti RESTAURER ESPOIR condamne le coup d’État mais s’insurge contre les décisions de la Cedeao

0 206

Mon slider1

Dans une déclaration en date du vendredi 11 août 2023, le parti RESTAURER ESPOIR a réagi suite au coup d’État orchestré par les éléments de la garde présidentielle le mercredi 26 juillet 2023 qui a renversé le président Mohamed Bazoum. Tout en condamnant le putsch, le parti de Candide Azannaï fustige les décisions prises à l’encontre du Niger par la communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

CI dessous l’intégralité de la déclaration

LA CEDEAO ET LA SITUATION POLITIQUE AU NIGER : LA POSITION DU PARTI RESTAURER L’ESPOIR (RE)

BRÈVE SYNTHÈSE DE LA SITUATION POUR L’HISTOIRE :

Le 26 juillet 2023, par un coup d’Etat, l’Armée nigérienne a déposé le Président Mohamed BAZOUM et a proclamé la prise du pouvoir par le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP).
Le 30 juillet 2023, une Session Extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) élargie à l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et à certaines Hautes personnalités notamment le Président de la Commission de l’Union Africaine (UA), le Tchadien Mahamat FAKIR s’est réunie à ABUJA en République Fédérale du NIGERIA.
Cette séance a condamné vertement le coup d’Etat, a décidé d’un embargo total contre la République du NIGER et du gel de ses avoirs.
Ces sanctions lourdes et inédites ainsi prises sont à effets immédiats. Il est fait injonction aux nouvelles autorités nigériennes de céder le pouvoir et de rétablir dans ses fonctions, sans condition et sans délai, le Président déchu, Monsieur Mohamed BAZOUM.
La CEDEAO a décrété un ultimatum de sept (07) jours et a menacé le nouveau pouvoir en place en République du Niger de recourir à tous les moyens, y compris l’intervention militaire, en cas de sourde oreille à ses sentences.
L’Union Africaine (UA), par le biais de sa Commission Paix et Sécurité , avait lancé un ultimatum de quinze (15) jours depuis le 28 juillet 2023.
La Commission de l’UA soutient les décisions de la CEDEAO.
Les Chefs d’Etat-major des Armées des pays membres de la CEDEAO, instruits, se sont réunis trois jours durant à ABUJA en République Fédérale du NIGERIA du 02 au 04 août 2023 à l’effet de lever une armée, d’élaborer un plan de délogement du CNSP, de libération et de réinstallation de Monsieur Mohamed BAZOUM. Le contingent de cette Armée sera fourni volontairement par les pays contributeurs de troupes de la sous-région.
La coordination opérationnelle de cette option militaire est confiée au Chef d’Etat-major des Armées de la République Fédérale du NIGÉRIA, le Général Christopher Musa.
Entre temps, des Institutions sénatoriales et parlementaires, des autorités religieuses, civiles et politiques majeures de la République Fédérale du NIGERIA ont indiqué à Monsieur Bola A. TINUBU, Président de la République Fédérale du NIGERIA et Président en exercice de la CEDEAO de privilégier plutôt l’option de la diplomatie et du dialogue politique. L’opinion publique de l’espace CEDEAO est visiblement hostile aux déclarations incendiaires, guerrières et à l’emporte-pièce de certaines Hautes personnalités de la CEDEAO.
D’un côté, des pays comme la France et les États Unis d’Amérique … ont dit soutenir la position de la CEDEAO et de l’Union Africaine (UA).
De l’autre côté, La Fédération de Russie, la Chine, la Turquie … ont mis en garde contre toute option militaire et ont recommandé une approche diplomatique et pacifique par voie de dialogue politique inclusif à propos de la situation née aux lendemains du coup d’Etat du 26 juillet 2023 en République du NIGER.
Il faudra noter que face à cette situation, les pays limitrophes de la République du NIGER se sont déclarés opposés à toute option militaire à l’exception de la République Fédérale du NIGERIA de Bola A. TINUBU et de la République du BENIN de Patrice TALON.
La République du MALI et la République du BURKINA FASSO , toutes en lutte directe face aux menaces terroristes et limitrophes de la République du NIGER ont annoncé qu’elles considèrent toute intervention armée en guise de solution à la situation de coup d’Etat en République du NIGER comme une déclaration de guerre. Elles déclarent se mettre automatiquement dans une posture d’autodéfense et de soutien aux forces armées nigériennes aux côtés des nouvelles autorités politiques de ce pays le cas échéant.
En dépit de cette atmosphère, le 10 août 2023, la CEDEAO s’est de nouveau réunie presque sous le même format que celui précédant du 30 juillet 2023 avec les mêmes intransigeances contre les nouvelles autorités nigériennes.
Cette fois, la CEDEAO a réaffirmé l’option militaire et a décidé de l’activation de la Force en Attente de la CEDEAO ( FAC ) en vue de libérer, de réinstaller le Président déchu Monsieur Mohamed BAZOUM au besoin par la force armée contre les nouvelles autorités de la République du NIGER.

NOTRE PROFESSION DE FOI :
En ce qui concerne les coups d’Etat :
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) est radicalement opposé à tout coup d’Etat quel que soit le type du coup de force qui en est le moyen et quels que soient la motivation et le statut des auteurs.
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) en conséquence est opposé au coup d’Etat intervenu au NIGER le 26 juillet 2023 et le désapprouve.
En ce qui concerne la démocratie :
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) constate que la démocratie est totalement galvaudée par le fait qu’elle sert de plus en plus d’artifices aux intérêts occultes, transformant en chimères les grands espoirs prônés par les valeurs qu’elle prétend promouvoir et les principes qu’elle prétend défendre et protéger.
La démocratie dans presque tous les pays francophones de l’espace CEDEAO s’est manifestement muée en bourreau des libertés, bouclier et complice des fossoyeurs du Peuple qui se moquent éperdument de ses vertus, violent impunément ses règles et son mode d’emploi, excluent, bâillonnent, poussent à l’exil et tuent.
La démocratie est, tout au plus dans cet espace, réduite à des parodies électorales, véritables entourloupes de détournement des suffrages, de sa falsification autocratique et souvent aux dépens des aspirations légitimes des citoyens et des peuples.
Quel désarroi et quelle angoisse lorsque ceux qui vantent la démocratie adoubent ouvertement ceux qui la transgressent !
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) réaffirme son attachement à la démocratie mais condamne la démocratie à géométrie variable qui s’apparente à une regrettable arnaque politique et appelle à la loyauté et à la sincérité envers les valeurs et les principes de la démocratie ainsi qu’ils sont affichés comme fondement dans presque toutes nos Constitutions.

NOTRE POSITION SUR LA SITUATION AU NIGER :
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) apporte son soutien indéfectible et sa solidarité fraternelle au Peuple frère de la République du NIGER.
Prenant en compte la maturité du Peuple frère du NIGER et par principe, le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) s’abstiendra de tout commentaire désobligeant et de toute immixtion dans les affaires intérieures de la République du NIGER.
Il n’y a pas d’autres choix à moins d’y être convié expressément que celui de laisser les Nigériens aux affaires nigériennes ou pour mieux dire, de laisser les affaires nigériennes aux Nigériens.
Selon nos sagesses, « l’hôte ( l’étranger ) aux gros yeux ne peut passer mieux discerner que le maître ( le fils du terroir ) aux petits yeux ».
C’est au nom de ces considérations que notre Parti s’est abstenu de tout commentaire sur les crises qui ont secoué d’autres pays à côté de nous ou loin d’ici.
Le coup d’Etat du 26 juillet 2023 au NIGER est un différend interne à ce pays indépendant et qui concerne au premier chef son État souverain et ses citoyens.
Le seul principe que recommande le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) est celui de la non-ingérence.
La République du BÉNIN, notre pays, doit pouvoir trouver l’intelligence idoine pour établir des passerelles de relation et de coopération avec tous les autres pays sur la base des avantages réciproques, des intérêts de notre pays, du principe de la non-ingérence dans le cadre de la légalité internationale.

NOTRE POSITION SUR LES DÉCISIONS ET DÉCLARATIONS DE LA CEDEAO À PROPOS DE LA SITUATION POLITIQUE DU NIGER AU LENDEMAIN DU 26 JUILLET 2023 :
En ce qui concerne les principes :
Les sanctions prises par la CEDEAO et par l’UEMOA ne sont prévues nulle part dans les textes de ces deux organisations de la sous-région.
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) constate la vacuité du Traité révisé de la CEDEAO (Chap. 10 et 16) sur l’embargo et celle du Traité modifié de l’UEMOA (Art. 74) sur le gel des avoirs.
Aucune disposition juridique n’organise et n’autorise les sanctions prises par la CEDEAO contre la République du NIGER. De surcroît, certaines sanctions à impact irrémédiable sur les populations prises par les Chefs d’Etat et de Gouvernement à l’issue de leurs derniers Sommets consacrés au coup d’Etat intervenu au NIGER sont interdites au regard de certaines exemptions liées au statut des pays enclavés. (Plusieurs Conventions et Traités internationaux).
De plus, une jurisprudence de la Cour de justice de la CEDEAO contre-indique largement les dernières sanctions qui constituent un embargo total contre la République du NIGER.
La Conférence au Sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO n’a pas ce droit. La CEDEAO et l’UEMOA n’ont ni cette prérogative ni cette compétence du point de vue des textes qui les régissent.
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE), en conséquence, dénonce et condamne lesdites sanctions et appelle à leur levée immédiate et sans condition.

En ce qui concerne le fond :
Le 51ème Sommet extraordinaire des Chefs d’État et de Gouvernement sur la situation politique au NIGER, tenu le 30 juillet 2023 à ABUJA en République Fédérale du NIGERIA suite au coup d’État militaire intervenu en République du NIGER le 26 juillet 2023, a abouti à des décisions d’une gravité inquiétante au regard notamment des points 05, 06 et 10 du Communiqué final qui en est résulté et au regard des déclarations à l’emporte-pièce, va-t-en-guerre et incendiaires de certains Chefs d’Etat et Hautes personnalités, au mépris des standards de courtoisie voire de retenue et de circonspection inhérents à la diplomatie internationale.
Le 51e Sommet Extraordinaire de la CEDEAO devrait être un Sommet de médiation et de paix.
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) déplore la posture de conseil de discipline et de simple formalisation injonctive prise par ce Sommet de la CEDEAO, sans avoir pris toute la mesure de la réalité intervenue à la tête de l’Etat et de la République du NIGER, un pays indépendant.
Le 30 juillet 2023, la CEDEAO s’est enfoncée dans le piège d’une batterie de dénis et s’est empêtrée dans un ahurissant ultimatum de menace sur court préavis guerrier contre un État Souverain en violation des textes communautaires.
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) note avec regret qu’il s’agit à n’en point douter, d’un règlement canularesque ayant tout l’air d’un coup de bluff inconcevable, inexplicable et dangereux face à la gravité, à la délicatesse et à la sensibilité du contexte du SAHEL et du SAHARA, pourtant sous l’emprise des non-dits des bouleversements géopolitiques en cours et des méandres souvent inconciliables de la politique intérieure de chacun des pays de notre sous-région.
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) déplore et condamne lesdits propos de certains Chefs d’Etat et de certaines Hautes personnalités ayant pris part à cette réunion et désapprouve l’approche décevante et improductive du 51e Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, tenu le 30 juillet 2023 à ABUJA en République Fédérale du NIGERIA, sur la situation politique en République du NIGER suite au coup d’Etat du 26 juillet 2023.

Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) rappelle que la CEDEAO n’est pas un État fédéral et n’a de ce fait aucun droit d’ingérence dans les affaires intérieures des États membres à l’exception de ceux prévus par son Traité révisé et des protocoles additionnels y relatifs.

Pour le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) :

  • C’est un déni de continuer à parler de tentative de coup d’Etat alors même que le Président Mohamed BAZOUM est déchu et que toutes les Armées de la République du NIGER ont rallié ce coup de force avec la déclaration d’allégeance de leur Chef d’Etat major-général.
  • C’est un déni de continuer à parler de tentative de coup d’Etat alors même qu’il y a un pouvoir dénommé Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie ( CNSP) généré par le coup d’Etat du 26 juillet 2023 qui se déploie à travers, un Chef, un Gouvernement mixte ( composé de personnalités proches de plusieurs formations politiques, d’universitaires et de la société civile ), une Armée et une Sécurité intérieure, une Administration, un soutien populaire massif, une Déclaration politique qui tient lieu de profession de foi au service de la Souveraineté, de l’Intégrité territoriale et des défis que sont la lutte contre le terrorisme, l’intérêt général national …
    En somme, l’effectivité des attributs de l’Etat est désormais exercée par le CNSP qui devient de la sorte le dépositaire de la puissance publique nigérienne, l’incarnation de l’Etat nigérien.
    Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) note que sur sept (07) pays frontaliers de la République du NIGER, seuls deux (La République Fédérale du NIGERIA et la République du BÉNIN) sont en accord avec la posture de la CEDEAO.
    Devant une telle réalité, le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) recommande avec insistance à la CEDEAO de sortir du déni, en prenant acte que le coup d’Etat du 26 juillet 2023 est consommé.
    Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) désapprouve avec la dernière vigueur la CEDEAO pour sa décision du 30 juillet 2023 en son volet qui préconise le recours à la force armée contre l’Etat souverain de la République indépendante du NIGER, en flagrante violation du Chapitre VI : Règlement pacifique des différends (Articles 33-38) et du Chapitre VII : Action en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d’acte d’agression (Articles 39-51) des NATIONS UNIES.
    Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) note avec consternation et préoccupation que certains Chefs d’Etat coutumiers dans leurs propres pays de la falsification de la démocratie par la terreur, s’obstinent sous l’hypnose du déni et de la hantise de desseins inavoués à exporter dans d’autres pays de notre sous-région leurs pratiques mortifères de recours à la force militaire et à l’utilisation des armes à feu comme mode de gestion des crises politiques.
    La quasi-totalité de ces Chefs d’Etat et personnalités qui menacent de feu et de sang un État souverain, un pays voisin et un peuple frère ont tous la particularité d’être des massacreurs et des assassins de leurs propres compatriotes.
    Pour la plupart et à l’instar de leur semblable Patrice TALON de la République du BÉNIN, notre Pays, ils ont violé les lois de leurs pays, ont tripatouillé les Constitutions de leurs pays, ont modifié, prolongé ou confisqué leurs mandats présidentiels … et ont recouru à la force armée et à l’utilisation des armes à feu pour tuer en vue de continuer à s’accrocher au pouvoir.

Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) exige l’interdiction au sein de toutes les instances de la CEDEAO de la profération de menaces et d’invectives guerrières des Chefs d’Etat et Hautes personnalités contre les États et pays de notre espace communautaire.
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) souligne avec force que la démocratie est fondée sur la puissance du discours par les vertus de l’argumentation, de la persuasion pour convaincre et non la puissance des coups de force, des forces armées pour semer désordre, chaos et désolation.
C’est la délinquance politique surtout de certains hommes politiques civils qui crée les putschs et l’effervescence populaire qui légitime les coups d’Etat militaires.
Tout coup d’Etat dans la plupart des pays francophones dans notre sous-région suscitera l’adhésion massive et un large accueil de soutien et d’accompagnement populaire des populations à cause des Chefs d’Etat pourtant civils qui dégoûtent et font désespérer de la démocratie.
Il doit être un principe dans tout concept de la démocratie, l’évitement à l’échelle de nos pays respectifs et surtout à l’échelle de notre sous-région de toute instrumentalisation des Forces Armées et de Sécurité, de tout recours à la force militaire et à l’utilisation des armes à feu comme mode de gouvernance des crises politiques.
Il doit être un principe la proscription de tout affrontement entre les Armées africaines et particulièrement celles de notre sous-région.
Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) exige l’abandon définitif de tout projet de guerre et de toute menace d’agression vecteurs potentiels de guerre contre l’Etat et la République du NIGER au nom de la quiétude des populations, des incertitudes de la géopolitique internationale, de la complexité du fait politique et des leçons de l’histoire.
La réinstallation de l’Ancien Président déchu Mohamed BAZOUM à la tête du NIGER en termes de bénéfice et risque est un piège qui fera disloquer la CEDEAO, désintégrer la sous-région et déstabiliser la plupart de nos pays à commencer surtout par ceux dont les Chefs d’Etat s’excitent et se trémoussent de rage contre les nouvelles Autorités nigériennes.

Au total le PARTI RESTAURER L’ESPOIR (RE) préconise :
1 – Prendre acte de l’effectivité du coup d’Etat intervenu le 26 juillet 2023,
2 – Lever toutes les sanctions illégales,
3 – Réitérer la nécessité d’un retour à l’ordre constitutionnel,
4 – Œuvrer par voie diplomatique et pacifique à la mise en place d’un dialogue politique inclusif

Le Parti RESTAURER L’ESPOIR (RE) qui assure la Coordination Nationale de la Résistance Nationale en vue de la réhabilitation de la démocratie, du rétablissement de l’Etat de droit et de la sauvegarde des Acquis de la Conférence Nationale chez nous au BÉNIN , s’insurge contre les propos de Patrice TALON sur la situation politique en République du NIGER et rappelle à ceux qui feignent de l’ignorer qu’il est un prototype local des négateurs de la démocratie au sein des instances décisionnelles de la CEDEAO.
Patrice TALON doit savoir que la République du NIGER n’est pas la République du BÉNIN, que NIAMEY n’est pas COTONOU encore moins CADJEHOUN et surtout que le Général Abdourahamane TCHIANI n’est pas Boni YAYI.
Il faudra que Patrice TALON sorte au plus vite de sa posture canularesque et de son suicidaire déni sur la situation au NIGER.
Il nous est enseigné en pays Fon du Royaume du Danxomè ceci:
« Que les boucs s’encornent n’est pas bien. Par contre qu’on recourt aux hyènes pour les départager est insensé ».
À la CEDEAO nous disons :
Sortez du déni !
Sortez du bluff !
Non aux sanctions illégitimes et illégales !
Non à la guerre.
Paix et courage au Peuple frère du NIGER,
Victoire à la Résistance Nationale,
Vive la République du NIGER,
Vive la République du BÉNIN,

COTONOU, le 11 août 2023

Pour le PARTI RESTAURER L’ESPOIR ( RE ) et pour la COORDINATION NATIONALE DE RÉSISTANCE NATIONALE,

Candide A M AZANNAÏ,
Ancien Ministre Porte Parole du Gouvernement,
Ancien Ministre Délégué Chargé de la Défense Nationale,

Leave A Reply

Your email address will not be published.