10e édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Maracana : ‘’MIAWEZON’’, la mascotte de la compétition dévoilée

0 193

Mon slider1

Encore quelques semaines et Grand-Popo, la cité balnéaire va accueillir la 10e édition de la Coupe d’Afrique de Maracana. A travers une conférence de presse conjointement animée par les responsables du Comité d’organisation et du Comité de normalisation, avec la participation des envoyés spéciaux de Charlemagne Bleu, plusieurs compartiments liés à l’organisation de la compétition ont été abordé dont le plus important, la mascotte qui a été révélé. C’était ce jeudi 10 Août 2023 dans la salle de conférence du ministère des sports.

« Nous avons l’occasion de lancer ce qui dans notre esprit est une occasion en or de faire la renaissance Maracana au Bénin. Cette MARA’CAN qui va se dérouler à Grand-Popo et une parfaite occasion pour nous de relancer la dynamique du Maracana au Bénin, mais qui commençaient par s’étouffer après quelques années de crise depuis la mise en place du Cornor. Donc, c’était un cadeau que la Fédération Internationale de Maracana faisait aussi Bénin ne disant, voilà vous sortiez d’une crise, ce serait bien que vous repartiez avec une activité internationale », déclarait ce jeudi, Victor Prudent Topanou, président du Comité de Normalisation de la Fédération Béninoise de Maracana pour repréciser le contexte dans lequel cette sortie médiatique est intervenue. En effet, du 24 au 30 Septembre 2023, près d’une vingtaine de pays vont s’affronter dans le cadre de la 10e édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Maracana. Un événement accepté par le gouvernement du Bénin qui a validé le joli cadeau à travers une correspondance adressée à la FIMA, et donné son accord de principe tout en promettant qu’il mettra tout en œuvre pour que cette activité se déroule mieux… «Alors on a choisi, contrairement à beaucoup de pays, Grand-Popo qui n’est pas la capitale. C’est probablement la première fois qu’une activité d’une envergure internationale va se dérouler en dehors de Cotonou pour ce qui concerne le Bénin. Souvent tout se fait à Cotonou parce qu’il y a plus de commodité. De sorte qu’on a perdu de vue tout ce qu’il y a comme commodité dans les autres communes du pays. Nous, nous avons voulu vendre l’image du Bénin à travers Grand-Popo», a avancé Victor Topanou pour justifier le choix de la ville balnéaire.

Après la projection et le partage des visuels, il a été procédé à la description de la mascotte. Il s’agit d’un félin, notamment un GUEPARD nommé ‘’Miawézon’’. « Miawézon pour dire tout d’abord ‘’Bienvenue’’ en langue ‘’Mina’’. Pour exprimer l’hospitalité légendaire du Bénin, du Grand-Popo. Grand-Popo, terre Mina, terre d’accueil, terre de tout ce qui est bien que nous connaissons. La réputation d’hospitalité de Grand-Popo qui est ensuite porteur de cet esprit, cette chaleur que nous avons mis à la disposition du Maracana qui traduit le slogan phare :’ la ‘’CFA’’’Convivialité, Fraternité et Amitié’’. «Miawézon, c’est une façon pour le Bénin, les autorités béninoises, pour le Conor, pour le Cocan d’ouvrir les bras et d’accueillir tous nos amis qui viennent de partout, en Afrique et du monde entier pour que nous puissions participer à cette fête. Nous avons voulu le nom de notre mascotte plus englobant tout en étant capable de refléter à la fois le Bénin sportif à travers le GUEPARD et la CFA », a expliqué Elias Béhanzin, président du Cocan avant d’ajouter : « Nous avons commencé les préparatifs de la Coupe d’Afrique des Nations de Mara’can depuis Septembre 2022 quand le président du Comité de normalisation, Victor Prudent Topanou a reçu le flambeau à Yaoundé des mains de Dr Kamgang. C’est depuis ce moment que les choses ont commencé.», a-t-il conté.

Au nom des membres de la FIMA et du président Charlemagne Bleu, Herbert Doumbissi Kamgang, président de la commission des compétitions à la FIMA au Bénin en visite sur les sites de la Mara’Can 2023 a témoigné toutes ses gratitudes envers le peuple béninois, le Gouvernement béninois qui a accepté l’organisation de cette compétition surtout son Chef, le Président Patrice Talon qui a donné l’autorisation pour cette compétition puisse avoir lieu. « En Février 2021, nous étions ici sur cette terre d’accueil où il y avait une visite de prés-inspection et une visite de prise de contact et nous avons été reçu par le Ministre des sports, Oswald Homéky qui nous a fortifiés en ce sens que l’Etat béninois s’engageait pour que ce tournoi se déroule sans heurt. Aujourd’hui, nous sommes revenus pour une mission d’inspection qui est essentiellement technique, basée sur l’évaluation des infrastructures et les sites hôteliers, ainsi que le volet communication, le volet restauration », a précisé l’hôte du Bénin.
Dans son pré-rapport, il a relevé certains aspects importants avant de faire des recommandations. Herbert Kamgang a indiqué que sur les sites de compétition, il doit y avoir la vidéo surveillance à l’intérieur et aux abords du stade, l’éclairage, une salle de retrait des officiels de la FIMAA VIP, la matérialisation des deux terrains de compétition, la sonorisation et une connexion haut débit. Au niveau du site d’entrainement dont le sol est en ciment, il a souhaité le rafraichissement de la matérialisation du sol. « Nous sommes là pour accompagner le projet. Et si le Bénin ne réussit pas, ça veut dire que nous-mêmes on n’a pas réussi », a-t-il fait constater.

Au plan sanitaire, rien à dire. Il y a une infirmerie très bien équipée, une ambulance médicalisée avec bloc opératoire. Il est prévu, la mise en place d’un réseau avec les médecins des pays participants, et à l’avenir, la réalisation de l’âge osseux pour déterminer l’âge réel des compétiteurs.

Au niveau de la sécurité, ils ont insisté sur la couverture sécuritaire intégrale de la compétition, la sécurité des lieux d’hébergement. Toute la compétition doit être sécurisée . Au plan transport, ils ont souhaité qu’un bus d’au moins 35 places soit mis à la disposition de chaque délégation avec un guide.

En direct, le président Charlemagne Bleu est intervenu pour apprécier.« Nous sommes fiers de ce qui se passe en ce moment au Bénin. Au plan technique, sportif et à tout point de vue administratif, communicationnel, tout ce qui entre en ligne de compte pour cette grande compétition qui s’annonce, le Bénin me semble-t-il est prêt…Je pense que 2013 sera complètement un mauvais souvenir dans l’organisation d’une CAN au Bénin », a indiqué Charlemagne Bleu, président de la Fédération Internationale de Maracana (FIMA), qui est intervenu par appel téléphonique.

Il a félicité le président Victor Topanou, le ministre des sports, Oswald Homéky sans oublier le Président de la République qui met tout ce qu’il faut pour que cela soit une fête de Maracana inoubliable.


Etienne YEMADJE

Leave A Reply

Your email address will not be published.