Coup d’Etat au Niger : “le jeu trouble de Mahamadou Issoufou” dénonce un observateur averti

0 253

Mon slider1

Quelques jours après le coup de force contre le Président démocratiquement élu du Niger, Mohamed Bazoum, perpétré par le commandant de la garde présidentielle, le général Abdourahamane Tchiani, de nombreuses questions taraudent les esprits quant à l’attitude de l’ancien président Mahamadou Issoufou.
Beaucoup d’observateurs sont choqués du silence du récipiendaire du prix Mo Ibrahim. Non seulement le Président Issoufou n’a pas condamné le putsch mais on constate que ce sont les mêmes éléments putschistes de la garde présidentielle qui assurent sa sécurité à domicile et à tous ses déplacements dans la capitale nigérienne. A Niamey, on est choqué de constater deux autres faits majeurs qui contribuent à renforcer l’idée du jeu trouble de Mahamadou Issoufou.
Premier fait: son fils, Mahamane Sani Mahamadou Issoufou, dit Abba, ministre du Pétrole et de l’ Énergie de Bazoum, a des éléments de la sécurité présidentielle avec lui et s’est déplacé à l’hôpital au vu et au su de tous escorté par ces éléments de sécurité. A quel titre, un ministre déchu se fait accompagner par une escouade d’hommes armés alors qu’au même moment le dispositif sécuritaire est levé chez les autres membres du gouvernement ?
Deuxième fait: le lendemain de l’annonce du coup d’Etat par les militaires, des jeunes instrumentalisés se sont attaqués au siège du PNDS ( parti au pouvoir) et à certains endroits qui symbolisent le régime de Mohamed Bazoum. Curieusement, des dispositions sécuritaires ont été immédiatement prises pour protéger la famille de Malika, l’épouse du Président Issoufou.Pourtant rien a été fait pour empêcher la furie des manifestants qui ont incendié des biens privés des partisans du Président Bazoum, qui reste le Chef légal et légitime du Niger.
Les militants et sympathisants du PNDS, les Nigériens, beaucoup d’observateurs avertis de la scène politique et même la communauté internationale se posent des questions sur le silence bruyant du Président Mahamoudou Issoufou. Quand on sait qu’il a toujours été ferme sur la question des changements anti- constitutionnels en Afrique, il y a lieu de s’interroger et de douter de sa bonne foi eu égard à l’enchaînement des évènements du Niger et surtout quand on sait que le général Tchiani a été le chef de sa garde présidentielle pendant les dix ans de son pouvoir.
Du reste, c est le même Issoufou qui a demandé au Président Bazoum de maintenir le patron de la garde présidentielle à son poste malgré les nombreux rapports scandaleux qui l’accablent.
En fin de semaine, des diplomates étrangers ont eu un entretien avec le Président Issoufou sur la situation. A l’occasion, l’ancien Président du Niger n’a pas fait montre d’une attitude de fermeté vis-à-vis du Chef des putschistes et dit poursuivre la médiation. Il a même surpris ses interlocuteurs en expliquant que le général Tchiani a vécu des frustrations et des humiliations, une façon de justifier les raisons du coup de force.
En réalite, Mahamadou Issoufou, on a tendance à l’oublier, a toujours été dans la traîtrise. Lorsqu’il était Premier ministre du Président Mahamane Ousmane en 1993, il se retourne contre lui et met son parti en minorité à l’Assemblée nationale. Et ce n’est pas tout.en 2010, Mahamoudou Issoufou se fait élire Président de la République au second tour avec le soutien de Hama Amadou. La suite, on la connait: Hama est accusé dans une histoire rocambolesque de bébé et débarqué de son poste de prison. Il va en exil et de retour au pays, il est arrêté et jeté en prison.
C’est dire que Mahamadou Issoufou a la trahison dans son ADN et le prouve par ses faits et gestes depuis le putsch du 26 juillet 2023.
En tout cas, à Niamey et à l’intérieur du pays, l’attitude suspecte et le jeu trouble de Mahamadou Issoufou agacent et alimentent les conversations. On se demande d’ailleurs avec juste raison si son choix pour recevoir le prix Mo Ibrahim n’a pas été une grosse erreur.
Mahamadou Issoufou a-t-il quitté le pouvoir pour mieux revenir ou a-t-il un plan pour que le pouvoir revienne à son fils Abba comme on le murmure au bord du fleuve Niger? Une chose est sûre, son fils Abba se sera jamais Président du Niger, il n’a ni l’étoffe ni la carrure pour rêver occuper le fauteuil de son père. D’ailleurs, cette crise politique nigérienne est en train de discréditer totalement Mahamadou Issoufou à l’international, lui qui convoite le poste de secrétaire général des Nations-Unies. Son ambition de succéder à Antonio Guterres vient de voler en éclats pour sa complicité de plus en plus avérée dans les récents événements du Niger.

Adamou Sami Moumouni
Niamey, Niger

Leave A Reply

Your email address will not be published.