Prières musulmanes de 41 ème jour du décès du maire Liamidi Houénou De dravo : le conseil communal d’Abomey Calavi brille par son absence

0 258

Même de sa tombe, Liamidi HOUÉNOU De dravo continue d’être méprisé.
Au delà du simulacre de solidarité et du semblant de mobilisation du conseil communal d’Abomey Calavi juste après son décès, le premier maire d’Abomey Calavi à l’ère de la décentralisation n’est pas visiblement porté par ces collègues élus communaux.
C’est ce qu’il convient de dire suite à l’absence des officiels de la municipalité d’Abomey Calavi ce jour à la grande prière musulmane qui sanctionne le 41 ème jour du décès de l’ancien maire et membre de l’actuel conseil communal de la ville dortoir.
Triste réalité diversesment déplorée ce samedi matin à la maison mortuaire à JERICHO par le parterre de fidèles musulmans ou non , amis et parents du défunt venus de différentes et lointaines contrées.
C’est malheureusement ce qu’est devenu aujourd’hui la commune d”Abomey Calavi sous le règne de Angelo Evariste AHOUANDJINOU, il faut oser le dire, où des sensibilités s’entre déchirent et où des intérêts s’entrechoquent mettant à mal la cohésion communale et transformant ainsi la municipalité en une TOUR de BABEL sans entente et synergie d’actions aucune.
Si non en vérité, rien ne peut justifier, sauf la mort, l’absence de tout le conseil communal d’Abomey Calavi , qu’il soit invité ou non à cette solennelle et ultime prière à l’intention de l’un des membres du conseil communal défunt comme l’exige la tradition musulmane. C’est simplement de l’irrespect à la mémoire du patriarche, à une grande personnalité politique et une insulte à toute la population de Ouèdo pour laquelle l’illustre disparu est très cher .
A ce titre, il faut être honnête et réaliste pour dire que le maire Angelo AHOUANDJINOU a manqué à sa responsabilité qui devrait consister à.mobillser en tant réel et en tant que chef tout son conseil autour de l’initiative et même y jouer les premiers rôles.
Bizarrement aucun d’eux n’a été aperçu à cette grande séance de prière ce matin, du moins après que je sois arrivé dans la maison mortuaire jusqu’à la fin de la prière. Je ne sais pas s’ils étaient venus avant moi et sont aussitôt repartis mais c’est pas sûr
C’est bien déplorable .
Le plus ahurissant, même Pierre GBÈGNON le CA de Togba assumant aujourd’hui l’intérim du défunt à l’arrondisement de OUÈDO et de surcroît fils bien aimé du défunt n’a pas cru devoir effectuer le déplacement
C’est la preuve du grand malaise qui prévaut aujourd’hui au sein du conseil communal et l’incapacité du maire Angelo AHOUANDJINOU à faire unanimité autour de lui et autour du développement de la cité dortoir car on ne peut concevoir, même en l’absence des officiels du parti Union Progressiste Le Renouveau, que les collègues communaux du défunt élus sur la même liste, du même parti et de surcroît siégeant tous au conseil communal ne soient pas présents à l’unique instant solennel d’hommages à son endroit.
C’est à croire que le maire Liamidi de son vivant bousculait des intérêts et que sa mort est un bon débarras.
Ç’aurait été une messe d’action de grâce ou une prière dite à l’église chez les prêtres catholiques qu’ils se seraient rendus même sans être invités en tenue locale 3 pièces tel des masques ZANGBÉTO ou KLUITO, les chaussures bien cirées pour bomber le torse et s’employer à leur show off habituel.
Mais lorsqu’il s’agit d’une prière musulmane à l’intention d’un collègue à eux, Liamidi HOUÉNOU De dravo peut attendre ou aller se foutre à l’au delà. Et c’est un bordel comme ça que certaines presses soutiennent .

Mon slider1

Les gens vous observent!

Bashola MOUSTAPHA

Leave A Reply

Your email address will not be published.